mercredi 12 octobre 2011

LE GRAND CAHIER. AGOTA KRISTOF



"Le grand cahier" est un roman écrit par Agota Kristof, écrivaine
hongroise qui vient de décéder au mois de septembre en Suisse et dont ses livres son écrits en français. Notre professeur nous a parlé en classe du décès de l'écrivaine hongroise et elle m'a conseillé de lire ce livre afin de connaître si c'était un livre qui valait la peine d'être analysé en cours de français cette année. Ma réponse a été affirmative.

L'histoire , d’après la biographie de l'auteur , on pourrait en déduire qu’elle se passe en Hongrie durant la guerre de 1956, mais en fait on ne peut pas être sûrs, car elle pourrait se passer aussi pendant la seconde guerre mondiale. La grande ville devient trop risquée pour vivre à cause des nombreux
bombardements , alors une mère décida d'envoyer ses deux jumeaux , Klaus et Lucas chez leur grand-mère à la campagne , mais ils ne l'avaient jamais vue
auparavant. Cette femme était sale , avare , méchante , quelqu’un qui ne donnait
rien sans rien recevoir.
Klaus et Lucas étaient obligés de travailler pour pouvoir manger et
vivre . Même si leur mère leur envoyait de l'argent et du linge , la
grand-mère vendait le linge et gardait l'argent pour elle.
Avec le temps ils se sont rendu compte qu'ils devaient devenir plus forts au
niveau moral et physique , donc ils commencèrent la réalisation
d'exercices qui les aidaient à s'endurcir , comme par exemple ils s'insultaient
pour que les mots ne les touchaient plus , ou bien ils se frappaient pour devenir
plus résistants et forts. . . En même temps ils ne négligeaient pas l'étude ,
ils faisaient leur instruction eux mêmes à l’aide d’une bible pour les
dictées ainsi qu'un dictionnaire pour l'orthographe et l'apprentissage
de nouveaux mots. Les deux gamins pour garder un souvenir de leurs
aventures ils écrivaient un « grand cahier » , d'ou vient le titre du
roman.
L'histoire se conclut par la mort de leur mère et leur nouvelle petite sœur
, puis leur grand-mère et leur père. À la fin, ces deux garçons décidèrent de se séparer pour la première fois de leur vie ,l’ un resta dans la maison de la grand-mère et l'autre s’en va de l'autre côté ,dans l’autre pays mais avant cela ,ils décidèrent de se partager le trésor que leur grand-mère leur avait laissé à sa mort. Pour moi, ce livre est très intéressant à lire , ça nous montre
comment deux garçons apprennent à devenir insensibles face à la cruauté de la vie et surtout de la guerre. On ressent beaucoup d'émotions différentes comme la solidarité , la cruauté en passant par la générosité. Ce que j'ai beaucoup apprécié c'est le réalisme de l’écriture de l'auteur et comment elle décrit tout sans pudeur.Je le conseille vivement. Pourtant ÂMES SENSIBLES S’ABSTENIR !!!!!.

Marjana Bouazza. 2º Bachillerato B.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire